AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter pour le forum !
Pensez à bien lire les questions/réponses ici

Partagez | 
 

 Gia S. Williams {Back in Black [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MESSAGES ⊱ : 5



MessageSujet: Gia S. Williams {Back in Black [Terminé]   Lun 3 Sep - 22:20


Tumblr
Gia S. Williams

{C'est moi l'meilleur, c'est moi l'plus beau ! Je sens bon le sable chaud et j'suis propre j'fais pipi au pot !}

nom complet △ Gia Sarah Williams âge △ 30 ans date; lieu de naissance △ Le 8 juin 1982 à Washington origines △ Américaines métier anciennement exercé △ Biologiste orientation sexuelle △ Hétérosexuelle statut civil △ Célibataire nom de la célébrité sur ton avatar △ Angelina Jolie


  • Gia a une peur panique des insectes. Ouais, pour une biologiste, c'est bizarre, hein. Mais tout ce qui vole ou qui a des pattes poilues, ça la débecte. Les concierges d'immeuble aussi (pour les pattes, pas pour le vol ^^)
  • La jeune femme est passionnée par la biologie, elle pourrait passer des heures à tenter de résoudre une question de ce type. Parfois, ça fait bizarre. Lorsqu'un danger menace, elle est capable de se focaliser sur des éléments anodins, c'est déstabilisant.
  • Gia a tendance à être très dépendante au sucre. Chocolats, bombons, elle ne s'en lasse pas. Allergique au sport, elle a la chance de ne pas prendre du poids.
  • Depuis que son homme l'a trompé, elle a une peur viscérale de l'abandon. Résultat, elle ne s'attache plus à personne.
  • Elle a souvent eu des problèmes de santé dans son enfance, notamment des angines à répétition et a été opéré de l'appendicite et des dents de sagesse.

we need a hero.
J’avoue que l’expérience tentée a de quoi devenir dingue. Pas que ça me dérange. Non. Ca fait du bien de voir autre chose. Je ne m’attendais certainement pas à cela quand j’ai vu l’annonce et que je me suis inscrite. Et j’ai parfaitement conscience du fait qu’on risque gros. Mais j’ai signé. Je savais que ça allait être dur, l’isolement. Et sur ce point, ils ne se sont pas foutus de nous. Comment pourrait-on être plus isolés que ça ? Je trouve ça marrant de connaître à présent ce théâtre comme ma poche. Chaque détail, chaque moulure ou tissu, je pourrais vous le décrire les yeux fermés. Alors que si j’étais passée dans cette pièce une fois, je n’en aurai probablement gardé qu’un souvenir flou. C’est certainement mon côté scientifique. Je m’étonne d’un rien, soyez pas surpris. J’ai vu nombre de mes collègues d’infortune tenter de forcer la porte mais je suppose que cela ne sert à rien alors je ne me fatigue pas. Je ne fais pas de plan particulier pour m’évader. Je suis plutôt adepte de ménager mes forces pour que, le jour où il y ait une opportunité, je puisse la saisir et m’enfuir. Je m’entraîne ainsi tous les jours à faire un peu de sport, histoire de garder la forme. On ne sait jamais… Mon père m’a dit un jour que si on faisait pas attention, on pouvait tout perdre en une fraction de seconde. Je tiens pas à ce que ça m’arrive.



Tumblr

Le coup le plus rusé que le diable ait jamais réussi, c'est de faire croire à tout le monde qu'il n'existait pas.


Chapitre 1
Sa philosophie de la vie, c'est qu'elle pouvait mourir à tout moment. Ce qu'il y avait de tragique selon elle, c'est qu'elle ne mourrait pas..


« Ce n’est pas ce soir, ton truc de jeunes ? »
« Si, si. Ca s’appelle soirée d’intégration. »

Mon père avait bredouillé un vague mot d’approbation avant de louer les bienfaits des amitiés de jeunes gens du même âge. Je ne l’écoutai déjà plus. Il s’imaginait certainement des petites soirées jeux de société et jus de fruit. Il était sacrément loin du compte. Comme tout ado qui se respecte, je m’étais bien gardée de le détromper. La soirée d’intégration était un rituel sacré, on n’y coupait pas. Ce n’était pas que j’adorais les soirées bien arrosées, non. Je n’y étais pas hostile non plus. J’étais une adolescente somme toute banale. J’étais assez solitaire et je tenais à mon indépendance. La pression du groupe ? J’ignorai ce que c’était. Lorsque quelqu’un me tapait sur le système, j’allais voir ailleurs. Je m’entendais d’ailleurs beaucoup mieux avec les garçons qu’avec les filles. Le lycée est un monde cruel. Les filles sont peau-de-vache entre elles. Une véritable cour avec sa reine et ses ouvrières. Très peu pour moi. N’allez pas imaginer que j’étais la caricature de l’adolescente mal dans sa peau, timide et rêvant de faire partie du groupe des greluches blondes et bien foutues sans en avoir aucun des attributs. J’étais plutôt jolie fille, je n’avais pas ma langue dans ma poche et j’avais tendance à me moquer ouvertement des pop-pop girls. Indépendance d’esprit que j’ai gardé et qui m’a toujours été bien utile.

« Et tu vas y aller…habillée comme ça ? »

Je me contentais d’un haussement d’épaule assorti de cet éternel regard bovin de l’ado qui refuse de parler d’un sujet. Je me levais rapidement et après un vague salut à mes parents, je filai en direction de la maison de Jessy. Je n’ai ni frère ni sœur. C’est peut-être pour ça que je n’en ai toujours fait qu’à ma tête. Allez savoir.

« Regardez-moi ces grosses vaches. Toute cette cellulite, c’est dégueulasse. »

Je savais que je n’aurai pas dû venir. Et j’en avais à présent la confirmation. Une dizaine de filles en sous-vêtements était alignée en rang à l’étage de la somptueuse demeure de Jessy. Les mecs et les filles plus âgées se trouvaient au rez-de-chaussée et huaient les bizutées. Jessy, un crayon noir dans la main, entourait les zones grasses de chaque fille, l’humiliait par une réplique bien sentie sur son physique. Je me tenais accoudée à la rambarde et, contrairement aux autres, je lui faisais face. Détendue, j’avais même l’air de m’ennuyer, ce qui était le cas. Nullement gênée d’être en petite tenue, je la dévisageais du regard lorsqu’elle se planta devant moi, son petit air suffisant sur le visage.

« Et vous avez vu celle-là ? Dis-moi, Gi’, ça fait quoi d’avoir le buste d’un garçon prépubère ? »
« Tu t’es fait refaire le nez, Jessy ? »

Elle se toucha le nez un bref instant, tandis que mon sourire amusé commença de l’inquiéter. Elle bégaya un bref instant que non, ce n’était pas le cas. Soudain, avec violence, je lui collais mon poing sur le dit appendice qu’elle allait, de facto, devoir se refaire. Faisant face à la foule, je brandis les bras vers le ciel en signe de victoire sur l’oppresseur. Après un flottement, les gens m’applaudirent comme ils avaient applaudi quelques minutes auparavant Jessy. La masse est stupide.



Chapitre 2
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le Diable lui-même..


« Tu crois que je devrais mettre la robe rouge ou la rose ? »

Je jette un coup d’œil blasé à la tenue de mon amie Kim. J’ai une furieuse envie de lui dire que les deux donnent envie de gerber mais je me maîtrise. Kim a des côtés très sympas et d’autres qui m’horripilent. Son côté barbie notamment. J’étais âgée de 20 ans à l’époque. Mon bac en poche, j’avais fait mon entrée à la faculté de Biologie. Passionnée par le sujet, je m’éclatais pendant les cours. Je savais déjà ce que j’allais faire. Une thèse pour devenir chercheur. A cette époque de l’année, le bal de fin d’études était organisé, comme chaque fois. Occasion de boire, d’oublier les déboires de l’année écoulée et de rencontre l’âme sœur. J’y allais plus pour m’amuser à observer cette faune étrange qu’autre chose. Les premières années généralement n’y résistaient pas. On en retrouvait complètement éméchés le lendemain, dans des buissons en train de cuver.

« Et le collier bleu, ça ferait ressortir mes yeux, non ? »

Je poussais un soupir ostensiblement audible. Allongée sur le lit de Kim, j’observais le ciel d’un air pensif. Toutes les poules allaient glousser en regardant Adam, le beau gosse de la promo et rien que ça, ça me rendait malade. Je ne connaissais pas Adam et je n’avais nulle envie de le connaître. Je ne pouvais rien faire comme tout le monde. Lorsqu’un mec était trop adulé par les filles, je le fuyais avec application. Vous avez dit contrariante ? Je détestais les playboys qui se la jouaient. J’en avais envoyé plus d’un sur la paille. A la fac, j’étais de toute façon cataloguée comme « la fille bizarre ». Et cela me convenait.

« Les boucles d’oreilles, ça va avec tu crois ? »
« Kim, ton collier et tes boucles d’oreilles sont juste hideux. »

Me connaissant bien, elle haussa les épaules d’un air contrarié avant de continuer à s’affairer. J’avais quant à moi, prévu une robe d’un classicisme outrageux. Les rires et les chants résonnaient dans la pièce dans laquelle nous étions. Les filles se regardaient en chien de faïence, commentant les vêtements, les coiffures et les bijoux. Kim avait déjà trouvé un cavalier et dansait en minaudant. Je me dirigeai lentement vers la terrasse, histoire de prendre l’air.
« Salut. »

Je sursautai et me retournai. Un jeune homme se tenait devant moi, me regardant fixement. Je le reconnus sans mal. Adam.

« Tiens, tes groupies te laissent respirer quelques secondes ? »

Il sourit plus largement, ce qui me surprit. Les beaux gosses dans son genre préfèrent les filles belles et stupides, c’est bien connu. Pas celles qui ont le sens de la répartie.

« J’ai réussi à leur échapper, oui. Ca me fait des vacances… »
« C’est ça la rançon de la gloire, Super Mâle. »

Il se mit à rire et un serrement de cœur inexpliqué me saisit. Allons, je n’allais pas me mettre à devenir greluche !

« Tu es bizarre comme fille, Gi’ »
« Si tu veux dire par bizarre, différente de celles qui composent ton fan club, je prends ça pour un compliment. »

Les heures passèrent et nous restions tous les deux, à parler de tout et de rien. Je m’étais assise sur le banc et lui à côté. En fait, il n’avait rien du mec prétentieux que j’imaginai. Il était même drôle. Je suis sûre que vous voyez le tableau. Sa main se posa d’elle-même sur ma cuisse tandis qu’il se rapprochait, ne me lâchant pas des yeux. Lorsque ses lèvres se posèrent sur les miennes, une vague de chaleur me submergea. Il venait de voler mon cœur. Et putain, ce que ça fait mal.



Chapitre 3
Quand votre vie privée se désagrégera totalement, c'est que vous aurez mérité une belle promotion !.



Je sais ce que vous vous dites. Et vous avez raison, ça s’est exactement passé comme ça. On avait la vie parfaite. Je me suis installée avec lui. Tout allait bien dans le meilleur des mondes. Connerie d’y avoir cru…

« Non, mon chéri. Oh, je ne sais pas, 23h peut-être… Oui, je t’aime. A ce soir. »

Je raccrochai le téléphone et me prit la tête dans les mains. Il était tard au labo. Seuls les thésards étaient encore présents. J’avais lancé ma manip de PCR tard et j’attendais que la machine s’arrête pour pouvoir faire migrer mes échantillons sur gel et savoir si, oui ou non, mes cellules exprimaient bien le gène d’intérêt. Je me trouvais dans la salle RNA free, assise sur un tabouret à observer le compte à rebours de la machine. Plus que cinq petites minutes. Lorsqu’un bruit strident se fit entendre, je bondis sur mes pieds. Ca y est, plus qu’à récupérer les échantillons, les déposer dans le gel et les faire migrer.

« Alors, ma grande ? Tu t’en sors ? »
« Tu tombes bien, Karl. Je vais faire la révélation ultraviolet. »

Mon directeur de thèse enfile une blouse, histoire de ne pas pourrir toute ma manip et reste à côté de moi, le regard brillant de curiosité. Je prends délicatement le gel d’agarose contenant mon ADN ayant migré et le dépose dans une grande chambre noire dont je ferme soigneusement la porte. J’allume le moniteur relié à une caméra. Puis, j’enclenche la lumière UV. Et là… Je poussai un hurlement de joie et saute dans les bras de Karl.

« Gagné !!!! Regarde la bande, elle est pile à la taille attendue, c’est magnifique !! »

J’avais réussi à montrer que les cellules sur lesquelles je travaillais exprimaient un gène primordial dans la régulation du système immunitaire. Je nettoyais soigneusement ma paillasse, la désinfectait. Je jetais alors un coup d’œil à l’horloge. Il n’était que 22h. Décidément, c’était une bonne journée. J’allais même finir plus tôt. Il me tardait de voir Adam. Je saluai Karl qui me gratifia d’une vanne en dessous de la ceinture, comme à son habitude. Je lui répliquai du tac au tac avant de prendre ma voiture.
Je me garai plus haut dans notre rue avant de descendre et de marcher d’un bon pas vers l’appartement. Tiens, bizarre, la porte est entrouverte. Je pose la main et je pousse la porte.

« Chéri ? »

Ce n’est qu’un murmure étouffé qui s’est échappé de mes lèvres, comme si j’avais pressenti ce que j’allais y trouver. Des bruits sourds me guident vers notre chambre à coucher. Et là… C’est le drame. Une blondasse tente de draper sa nudité dans mes draps. Et Adam se contente de balbutier, comme tous les crétins dans sa situation :

« Chérie, c’est… C’est pas du tout ce que tu crois ! »
« Ah ? Mais oui, suis-je bête ! Vous n’êtes pas du tout en train de vous envoyer en l’air, c’est une variante du scrabble mais à poil ? J’y suis ? »

Ils sont tous les deux pétrifiés, semblant penser que je vais exploser et tuer quelqu’un. Mon regard s’arrête sur la blonde. Un sourire s’affiche sur mon visage. Jessy. La pouffe de la fac. J’y crois pas. C’est pitoyable. Adam se rapproche de moi. Je lui crache au visage avant de vider les lieux. Putain ce que ça fait mal.



Chapitre 4
C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce qu'on veut..


Vous vous demandez maintenant comment j’ai atterri ici ? C’est facile pourtant. Je me suis jetée à corps perdu dans ma dernière année de thèse. J’ai pris un appartement. Adam a bien tenté de me parler, de m’expliquer mais il n’y avait rien à expliquer. Et rien à pardonner. L’erreur, je n’y crois pas. On est tous libre de nos choix. Mais on doit assumer les conséquences, un point c’est tout. Venir pleurer après, non. J’ai terminé ma thèse et j’ai fait deux années de post-doc aux Etats-Unis avant d’être titularisée dans une équipe de recherche. Et dès que j’ai eu l’opportunité, je l’ai saisi. Partir. Loin. A l’autre bout du monde, pourquoi pas. Oublier cette vie pourrie. Tirer un trait sur tout ça. Et puis disparaître. Je n’ai laissé aucune adresse derrière moi. Aucun numéro où me joindre. J’arrive à mes trente ans et je suis seule. Pas que ça me dérange. Et puis, je sais que les rêves, c’est pour la bleusaille. Certainement pas pour moi. Le petit rêve pépère de la ménagère bien rangée avec une portée de braillards… Bah. J’ai déjà trente ans, pas de mecs. Ouais, le destin a un putain de sens de l’humour. Presque autant que moi, en fait. Il faut dire que je l’ai bien cherché.
Je l’admets, je n’ai pas eu de mecs depuis Adam. Deux ans, ouais, c’est long. Mais j’en veux peut-être un peu à toute la gent masculine de mon infortune. Excessif ? Oh, si peu ! Je sais pas, vous vous faites becqueter la main par un rottweiler, et ben pendant un moment, même un chihuahua peut vous donner envie de fuir, non ? Et ben pareil. J’ai entendu parler de cette annonce bizarre et j'ai sauté sur l'occasion de prendre du repos pour coucher sur le papier mon histoire. Et la suite ? On verra bien. Je finirai peut-être vieille fille, à 80 balais, dévorée par mes dobermans dans mon appartement. Ou moisir dans ce foutu théâtre jusqu'à ce que mort s'en suive. Elle est pas belle, la vie ?

ton nom ou ton pseudo △ Juju alias Judith ton âge △ 24 piges comment t'as connu le forum ? △ De partenariat en partenariat et t'en pense quoi ? △ Le contexte est super original et le nouveau design, plus sombre est carrément magnifique ! ta fréquence de connexion △ 5/7 scénario ou personnage inventé △ Personnage inventé le code △ Silea valide I love you un dernier mot ? △ Bravo au staff


Dernière édition par Gia S. Williams le Sam 8 Sep - 13:05, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vilmer B. Cunningham
LE SAINT DU PÉNITENCIER

avatar

MESSAGES ⊱ : 131


KNOW ME
STATUT RP: OPEN
CARNET D'ADRESSES:

MessageSujet: Re: Gia S. Williams {Back in Black [Terminé]   Mar 4 Sep - 11:27


    Bienvenue ! m'aha.


« MANGE LE POULET AVANT QU'IL TE MANGE. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://there-will-be-blood.forumgratuit.org

MASTERPIECE
SILLY MIND ϟ knock, knock, i kill you.

avatar

MESSAGES ⊱ : 120



MessageSujet: Re: Gia S. Williams {Back in Black [Terminé]   Mar 4 Sep - 15:49

Bienvenue !
Je ne sais pas si tu as commencé ta fiche ou pas; mais la nouvelle version du forum va arriver demain voire dans la soirée. Est-ce que tu préfère continuer avec ce modèle de fiche, ou avec le prochain ? :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://masterpiece.forumgratuit.org

MESSAGES ⊱ : 5



MessageSujet: Re: Gia S. Williams {Back in Black [Terminé]   Mar 4 Sep - 16:12

Je vais éditer demain pour prendre la nouvelle version dans ce cas ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTERPIECE
SILLY MIND ϟ knock, knock, i kill you.

avatar

MESSAGES ⊱ : 120



MessageSujet: Re: Gia S. Williams {Back in Black [Terminé]   Mer 5 Sep - 20:15

Voilà mademoiselle, tu peux mettre tout ça à jour ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://masterpiece.forumgratuit.org

MESSAGES ⊱ : 5



MessageSujet: Re: Gia S. Williams {Back in Black [Terminé]   Sam 8 Sep - 13:16

Voilaaa, j'ai terminé ma fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L. Penthesilea Delacroix
POUPÉE BRISÉE ϟ j'étais immortelle, car tu m'as donné des ailes

avatar

MESSAGES ⊱ : 94


KNOW ME
STATUT RP: OPEN
CARNET D'ADRESSES:

MessageSujet: Re: Gia S. Williams {Back in Black [Terminé]   Sam 8 Sep - 16:01

FÉLICITATIONS !

tu es un VICTOR HUGO !


⊱ Les citations de Palahniuk, je dis oui. Et le "Super Mâle" à la Megara, je dis OUI. J'aime beaucoup ton histoire, elle est simple et claire, et Gia a l'air super fun. Et puis je comprenais pas tout quand tu parles de ce qu'elle faisait au labo, mais au moins tu prouve que tu connais ton sujet (ohlala j'ai l'impression d'être prof tiens.) Enfin bref, bienvenue, je t'aime et amuse-toi bien What a Face
⊱ maintenant que tu as le feu vert, tu peux découvrir tout le forum, petit veinard ! N'hésite pas à faire les demandes de chambre et/ou rang, et à aller faire tes fiches de liens et topics, tu t'y retrouveras plus vite ! Nous espérons tous que tu passeras de très bons moments avec nous, et que tu t’intégreras vite à la famille si ce n'est pas déjà le cas !
Bon jeu ~~



déjà tout petit j'aimais bien les monstres (...) aujourd'hui encore j'aime bien les monstres; les trucs étranges, orange et qui dérangent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Gia S. Williams {Back in Black [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Gia S. Williams {Back in Black [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» AZRAËL ✁ Back to black.
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?
» Zoom Fast Black Lash
» Dupes collection style black (guilt by association + le vernis)
» Craquage style black :-)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MASTERPIECE :: come as you are :: décline ton identité ! :: tu passes !-